Les drones et l’archéologie: Ce que vous devez savoir

Les archéologues et spécialistes de la conservation passent une grande partie de leur vie professionnelle à creuser profondément sous terre pour découvrir les vestiges d’anciennes communautés et cultures. Aujourd’hui, avec l’explosion des drones grand public, ils utilisent ces appareils volants sans pilote pour découvrir ce qui se trouve sous terre tout en volant au-dessus. Les drones sont capables de collecter rapidement des données de haute qualité à une gamme d’échelles et de résolutions. Leur vitesse et leur flexibilité en font un excellent choix pour la reconnaissance aérienne archéologique, les levés topographiques et l’enregistrement des bâtiments. Les archéologues et spécialistes de la conservation, experts en cartographie et modélisation, ingénieurs et scientifiques des données utilisent les images capturées et les vidéos par les drones pour créer un ensemble de données photographiques unique ou produire un modèle photogrammétrique 3D.

Comment les drones sont utilisés dans les fouilles archéologiques ?

Auparavant les archéologues ont tous essayé des petits avions et hélicoptères aux montgolfières et cerfs-volants équipées de caméras thermiques pour identifier les sites archéologiques et déterminer où les fouilles devaient avoir lieu. Les drones équipés d’une technologie d’imagerie telle que les caméras thermiques sont apparus ensuite comme d’excellentes alternatives permettant de détecter les restes d’anciens bâtiments sans beaucoup d’aide de la part des humains au sol et sans dépenser trop d’argent. Les pièces de rechange sont bon marché. Et comme de nombreuses technologies récentes, les drones s’améliorent rapidement. Ces appareils peuvent voler pendant environ 15 minutes, couvrant des zones beaucoup plus grandes qu’un ballon ou un cerf-volant.

L’idée de l’utilisation de caméra thermique montée sur drone est simple. Au cours de la journée et de la nuit, différentes parties d’un paysage se réchauffent et se refroidissent à des rythmes différents. Les pierres enterrées, par exemple, ont tendance à retenir la chaleur plus longtemps que le sol sec qui les entoure. Cela signifie qu’au petit matin, les pierres seront beaucoup plus chaudes que la terre environnante. Ces différences de température sont invisibles à nos yeux, mais une caméra thermique, qui détecte la lumière infrarouge, autrement appelée chaleur, peut facilement les enregistrer et les révéler. Et s’il se trouve que ces pierres enterrées sont les restes d’anciens bâtiments, cet appareil photo vient de prendre une photo d’un village perdu sans creuser un seul trou.

Les avantages des drones pour l’archéologie

Les avantages des drones pour les archéologues sont nombreux :

  • Ces véhicules volants sans pilote sont peu coûteux que les autres solutions conventionnelles comme les avions et hélicoptères,
  • Les drones offrent un éventail de choix en matière de caméras et les logiciels utilisés pour traiter les images sont largement disponibles,
  • Les drones permettent un enregistrement précis des monuments et bâtiments qui ne sont pas facilement accessibles ou visibles à l’aide de méthodes traditionnelles,
  • La très haute résolution des données rend les caractéristiques subtiles du paysage plus visibles,
  • Les levés des drones sont inestimables pour l’arpentage rapide des fouilles archéologiques, les calculs de volume et la surveillance de l’état des sites et monuments,
  • La capture d’images fixes et vidéo permet une analyse en temps réel,

Types de drones utilisés dans les fouilles archéologiques

Deux types d’aéronefs sans pilote sont généralement utilisés par les archéologues :

Drones multi-rotors

Les drones multi-rotors sont capables de planer et d’opérer dans des espaces confinés. Ils sont capables de transporter des charges utiles plus lourdes (caméras vidéo DSLR fixes et HD/4K, des scanners laser lidar et terrestres).

L’inconvénient de ce type de drones est la durée de vie de la batterie plus courte et la vitesse de vol plus lente. La planification préalable de l’itinéraire de vol n’est pas universellement fournie ou utilisée par les opérateurs.

Drones à voilure fixe

Contrairement aux appareils avec rotors, les aéronefs à voilure fixe peuvent glisser sur de longues distances et étudier de plus grandes zones. La durée de vie de la batterie peut aller de 6 à 18 heures. La vitesse de vol est plus rapide par rapport aux appareils avec rotors.

L’inconvénient de ces appareils est qu’ils ne sont pas capables de transporter des charges utiles.

(27)